Féminisme

Salut tout le monde !

Pour aujourd’hui, un sujet quelque peu sensible, je vais tenter de parler de la digression qui est faite quotidiennement sur le sujet du féminisme…

Je vous avoue que je ne suis pas super confiante, car il devient très très délicat d’évoquer un sujet comme celui-ci sans se faire taper dessus (comme beaucoup de sujets je trouve en ce moment).

Mais pour celles et ceux qui suivent et du coup commencent à comprendre la plume de JdT, je pense que vous savez déjà d’avance que je ne suis pas du genre à vouloir taper sur les gens, mais surtout à prôner la bienveillance et tenter de comprendre certains comportements humains.

Je vais partir sur des exemples de chose que j’ai vu circuler puis, je vous raconterai une anecdote qui m’est arrivée avec Monsieur Chéri.

Alors déjà, je vous le dis tout de suite… Je ne vais pas partir dans les débats de « disparité des salaires homme et femme » … C’est pas le sujet, on a tous une analyse différente des chiffres, (et je parle bien d’analyse, pas venir vomir des titres d’articles à moitié lus parce que l’idée générale allait dans notre sens hein 😇) je ne rentrerai pas là-dedans… Là, on va juste étudier les discours que peuvent avoir les gens entre eux, ce qui peut amener à ça, ce qui se retrouve dans d’autres combats, les amalgames et les généralités qui peuvent faire des dégâts juste ÉNORMES !

Commençons par ce petit exemple que j’ai trouvé sur un top de Topito (Ne vous arrêtez pas au fait que ça soit sur Topito, ce que vous allez lire est clairement ce qu’on peut entendre dans la vraie vie) :

Ce n’est plus une légende, je pense que tout le monde le sait… Les femmes n’ont pas été les égales de l’homme pendant des siècles. Le problème avec la « guerre » qui se joue entre les genres en ce moment, c’est que les analyses faites sur les comportements supposés de l’homme vont parfois trop loin.

Dans ce cas présent… Qu’est-ce cela veut dire ? Si un homme aperçoit une personne derrière lui (et je parle bien de personne, c’est-à-dire que, perdu dans ses pensées il capte même pas le genre de la personne) il tient la porte, manque de bol, c’est une femme, comme celle qui a marqué ce post, cela veut dire que ce mec veut lui rappeler inconsciemment qu’il contrôle ses choix ?

Je sais pas vous, mais les trois quarts du temps quand je tiens la porte à quelqu’un je capte même pas si c’est un homme ou une femme… En fait, je pense juste que mes parents m’ont éduquée de cette manière, que lorsque quelqu’un se trouve derrière nous on lui tient la porte afin d’éviter qu’il se la prenne dans la gueule… Y a pas de question de genre là-dedans… Ça fait juste partie des règles de civisme, c’est même quelque chose que l’on peut faire machinalement parce qu’on porte tous un certain degré de respect envers les gens que l’on croise, sans identification de genre et au final, c’est quand même ce qu’il y a de beau dans l’être humain, non ?

Vous n’avez jamais remarqué que même des personnes absorbées par leur téléphone, ou même prit dans ses pensées vont avoir ce reflex de tenir la porte avant de capter qu’en fait y a personne derrière ? Juste parce que c’est un réflexe de savoir vivre ? … Pourquoi identifier ça au patriarcat ?

(mais on remercie le gars qui a su répondre avec humour pour essayer de relever l’absurde de ce texte 🙏)

Il y a quelque temps j’avais fait cette vidéo que j’avais publié sur la page Journal d’une tatouée

Alors oui ça peut prêter à rire, ce n’était que de l’humour…

C’est aussi ce qu’on entend de la part des hommes quand nous prenons mal quelque chose.

Il faut donc se rendre à l’évidence, combattre les différences hommes/femmes oui… Mais alors faisons le pour tout !

Il existe depuis plusieurs années une guerre qui s’insinue partout… Elle est perfide… C’est ce réflexe que prennent certaines femmes dès lors qu’il s’agit des hommes. Tout est raison à leur en mettre plein la tête et ça en faisant des généralités aussi énormes que le mont Fuji.

Et pourtant… Qu’est-ce que je serai bien placée pour les mettre tous dans le même sac…

Pour avoir vécu des choses à 17 ans que je ne souhaiterai à personnes et ayant évoluée dans un environnement familial pas toujours simple, je sais que je suis bien placée pour parler de trauma et de ces vrais moments où on se fait alpaguer dans les métros pour entendre des choses ignobles, tout en se faisant attraper les fesses (oui oui c’est bien le bon mot.. j’parle pas d’un effleurage).

Je suis pas en train de dire que je suis plus légitime qu’une autre, après tout, on vit toutes ce genre de situation de manière totalement différente, donc je ne peux pas placer ce que j’ai vécue sur une échelle des malheurs et dire « bah nan t’as vu toi tu fermes ta gueule parce que moi, c’était pire« … Bon clairement, on peut quand même avouer que j’ai été une putain de poissarde. Et toutes ces choses on fait que j’ai très mal choisie les hommes qui ont partagé ma vie pendant plusieurs années avant que je fasse un véritable travail sur moi et change tout ça.

Et pourtant, est-ce que ça me légitimise pour dire « Les hommes sont tous des ordures. Ils manipulent les femmes, ils trompent comme ils respirent. Ils sont lourds. Ils imposent, même de manière inconsciente des choix qu’on aurait peut-être pas fait s’ils n’étaient pas intervenus. Ils n’ont pas leur mot à dire étant donné que ce sont des maux de femmes« … En fait … Ce n’est pas ce que je crois… je suis sûre de moi en disant ça… NON, je n’ai pas le droit de le faire. Et ça même si j’ai subis des choses atroces par des hommes… Non je n’ai pas à les mettre de côté juste parce que ce sont des hommes et que seule une femme qui a subi ça peux comprendre.

Car cette façon de faire et de penser reviendrait à m’abaisser aussi ras du sol, que sont les hommes qui se comportent comme des cons (et je ne parle bien QUE de ceux-là).

Je pense au contraire que dans le combat quotidien, qu’est de soutenir les femmes pour une égalité parfaite, il faut qu’ils soient à nos côtés. Il faut qu’ils prônent, eux aussi, le fait qu’ils ne voient aucun problème à ce qu’on fasse tout comme eux. Que ça ne touche absolument pas leur égo et que le monde ira mieux le jour ou il n’y aura plus de guerre des genres.

Ce genre de comportement rabaissant venant des femmes envers les hommes n’est pas un comportement féministe sachez-le bien et ne faite pas l’amalgame.

Une femme certaine de ses capacités ne cherchera pas à descendre en flèche un homme parce qu’il aurait fait un pas vers elle. Tout simplement parce qu’avant de voir un homme, elle voit un être humain. Dans le cas des images de tout à l’heure, elle verra juste « une personne » lui tenir la porte par politesse.

On va continuer sur un témoignage qu’on m’a apporté.

« Le féminisme : simple mot qui nous met souvent dans des situations compliquées. J’ai un véritable problème avec le féminisme actuel qui est bien souvent culpabilisant, victimaire et malheureusement très clivant. Les travers de notre société ressortent dans ce débat incessant depuis #metoo, on pointe du doigt, on accuse, on condamne, mais surtout on ne réfléchit plus. Je pense que le féminisme militant est un symptôme d’une maladie plus grave, l’individualisme forcené de notre société. J’entends par là que si nous avions plus de considération pour notre prochain ce genre de lutte n’existerait même pas. Je ne remets pas en cause le fait que des femmes meurent sous les coups de leur mari, ni toutes les autres violences faites à la femme, mais leur traitement est une récupération honteuse de la misère des gens à des fins politiques et ou économiques. (Diviser pour mieux régner).

J’ai subi les coups d’un père parfois violent et les rares fois où quelqu’un s’est interposé c’était une femme. Les femmes ont plus de courage que les hommes, souvent elles portent la culotte à la maison, gèrent le budget et font la bouffe. C’est une responsabilité énorme et un pouvoir énorme, alors oui on va me renvoyer au cliché paternaliste de la femme au foyer, sauf que c’est une réalité aussi, il ne faut pas se foutre la tête dans les fesses parce qu’on n’a pas envie de voir ça en face. Je pense que l’hystérie collective sur l’écriture inclusive, les # , les femmen, c’est juste une diversion pour ne pas s’occuper du vrai problème, on est des merdes individualistes et consommatrices. Ce débat fait les choux gras d’un tas de gens, mais surtout personne ne prend de réelles décisions (au niveau de l’éducation…) pour ramener de l’empathie en nous. Car une femme qui hurle quand elle se fait battre, si aucun voisin ne bougent, c’est pas parce qu’ils ne sont pas féministe, juste que la vie humaine ne compte pas à leurs yeux. C’est pas le féminisme qui pousse un inconnu à empêcher une agression dans la rue ou dans les transports, c’est son empathie, enfin il me semble. Je suis profondément féministe, je connais la force et la détermination que peut avoir une femme, bien souvent les hommes n’en on pas le dixième »

C’est en ce sens que je voudrais continuer cet article, mais avant ça je vais rebondir sur un point, qu’aborde cette personne, sur le fait que les gens ne bougent pas quand une personne se fait agresser… Je ne sais pas si c’est parce que la vie humaine ne compte pas… Ou tout simplement par pure lâcheté, par peur. Peur de prendre les coups à la place de la personne qui est en train de se faire tabasser. Et c’est peut-être aussi par là qu’il faudrait commencer. Agir collectivement, sans distinction de genre. Envoyer un message fort qui pourrait dire « Dès lors que tu touches une personne, on te tombe tous dessus ! » … C’est par une lutte, une prise de conscience et de position collective que tout commencera à bouger.

Autre point à analyser dans ce témoignage, c’est le fait que des agissements extrêmes soient ramenés à la cause du féminisme. Et c’est bien là un problème.

Et si ce « combat » n’était pas le bon ? N’entendez pas par là qu’il ne faut pas qu’il soit engagé, mais plutôt orienté vers l’humain… Une égalité totale entre humains et non pas entre genres.

Ce concept extrême de taper sur les hommes sous prétexte que la femme a subi durant des décennies, part de la même logique qu’il faudrait tuer des humains parce qu’eux même en ont tués d’autres. Je pense que la société a suffisamment évolué pour ne pas tomber dans ce genre « d’actes barbares. »

C’est lors d’une discussion avec une autre personne (oui je préfère taire les genres histoire que des aprioris ne soient pas fait, car lorsque nous avons des idées préconçues, on en a tous et ce n’est pas un reproche, notre analyse et notre lecture peuvent être biaisés dès que nous avons connaissance de la personne qui en fait part) il est ressorti qu’en effet, les femmes avaient beaucoup plus tendance à se « taper dessus » mêlant ainsi jugement et jalousie.

Nous avons certes été « conditionnées » dès notre enfance à ce que « doit être » une femme. Mais cette éducation ne fais pas tout, car nous avons tous dans notre entourage des personnes qui se sont totalement échappées de cette définition. Ce qui par contre construit tout notre jugement et notre analyse ce sont nos expériences, les personnes que nous côtoyons, nos lectures et nos émotions.

Nous évoluons dans une société ou le paraître est encré de manière extrêmement forte, l’arrivée des médias sociaux ont amplifié de manière malsaine notre façon de percevoir le corps et la vie de manière plus générale et je pense que psychologiquement ça nous a impacté beaucoup plus qu’on ne le pense.

Autre sujet, aujourd’hui quand une femme ne veut pas d’enfant, elle se retrouve face à des problématiques qui vont vite la dépasser.

  • Tu changeras d’avis quand tu auras trouvés le bon

Comme ci c’était une question de compagnon de route…

Ou quand elles se retrouvent face à des professionnels de santé qui, quand elle demande à être stérilisées demande à ce que le.la compagne.ons puisse donner son avis.

Nous sommes d’accord que c’est un choix totalement personnel et que l’avis d’une personne extérieure n’a rien à faire dans l’histoire.

Bien que l’on s’éloigne du sujet principal du féminisme, il y a aussi cette problématique des femmes homosexuelles qui ne peuvent avoir recours à une PMA juste parce que leur orientation sexuelle ne « convient » pas à l’image de la famille « normale ».

Je ne m’étendrais pas sur ce sujet plus que ça, si je le cite ici, c’est pour permettre de continuer à mettre en avant qu’il est peut-être temps de se préoccuper de l’Humain… Et non pas du genre de la personne concernée par une problématique. Et de traiter le souci de manière humaine et non genrée.

Dernier exemple de comportement extrême auquel j’ai pu être confronté.

Lors d’un échange entre une femme, mon amoureux et moi-même (qui les ait rejoint plus tard) le féminisme était au cœur du sujet.

Quand tout à coup la phrase choc est sortie « De toute façon tu es un homme, tu ne sais pas ce que c’est que d’être emmerdé tous les jours dans la rue, d’être maté, d’être agressé ou violé, ou pire si ça t’arrive d’être maté comme un morceau de viande, ça sera tellement minime comparé à nous que tu n’as pas le droit de dire quoi que ce soit, tu es un homme ! »

Eh bien je peux vous assurer que de lire ce genre de chose sur les réseaux, c’est une chose, mais de le vivre eh bien, c’est tout à fait déroutant.

Ici, il est question d’un homme qui a passé sa vie à défendre les femmes (allant jusqu’à faire du droit pour changer les choses), d’un beau-papa qui tente d’éduquer deux petites filles avec des valeurs saines, qui fait partie de ceux qui se révoltent de voir à quel point seul les femmes doivent prendre en charge la contraception qui peut réellement foutre en l’air notre santé (exemple parmi d’autres). Sujet que nous avons abordé dans notre intimité, car comme dans tous les couples qui s’engagent dans la durée, cette question est fondamentalement toujours abordée afin que nous puissions nous sentir épanouis. Et ses mots ont été les suivants « Si on m’en donnait la possibilité, c’est moi qui prendrais la totalité de cette charge pour que tu ne souffres plus de tous ces effets secondaires pour trouver le bon moyen de contraception qui nous convienne. J’ai hâte que ça change ». (merci de ne pas prendre ces propos dans le sens « C’est un homme qui veut se mettre dans le rôle du super-héros, c’est du patriarcat déguisé »).

Cette phrase choc que lui a sorti cette jeune femme, n’était pas martelé à un macho qui aurait sûrement bien mérité qu’on lui ferme son bec, mais bien à un homme qui se préoccupe du sort de sa femme sur bien des sujets et des femmes en général sur d’autres aspects, de manière humaine et non juste parce que ce sont des femmes.

Et c’est quelque chose qui est perceptible dès lors qu’on aborde le sujet du féminisme, qui peut être très vite analysé par son interlocuteur.trice. Malgré ça… La phrase choc tombe !

Tout ceci me ramène au début de l’article, où je disais qu’à mon sens les hommes ont toutes leur place dans ce « combat », parce qu’il est de leur devoir en tant qu’humain d’en défendre d’autres, et non pas de protéger la femme parce qu’elle est petite et frêle…

Cette perception est à mon sens très réductrice. Tout comme je m’engage dans mon quotidien à faire accepter l’homosexualité ou la transidentité, pas parce que ça me concerne directement… Je suis hétérosexuelle, née femme, à l’aise et épanouie dans mon genre… Mais parce que j’estime que ce sont des humains qui méritent les mêmes droits que moi, et c’est ensemble que nous changerons les choses, pas en se tapant dessus parce que telle ou telle personne ne peut pas comprendre.

C’est en engageant des discussions qu’il sera possible d’ouvrir les esprits, en agissant positivement que l’impact sera fort.

Ne vivons-nous déjà pas dans un état de « guerre » permanent ? Entre la pandémie qui nous tue, je parle au sens large du terme, me sortez pas vos chiffres des morts du Covid, je parle au quotidien, par la perte d’un emploi, le fait que l’Homme, qui est fondamentalement un être sociable, se suicide par la dépression car n’a plus aucun contact avec l’extérieur, la pression salariale, les administrations qui par d’habiles remaniements ne sont finalement pas là comme nous l’attendions pour nous aider ? Les enfants et les étudiants totalement délaissés dans certaines régions…

Passons aux horreurs que le monde vit (ah oui, on n’est pas tout seul sur terre… C’est fou dit donc), les guerres meurtrières, la faim, les maladies…

Pourquoi rajouter sans cesse des problèmes à des choses que nous pourrions régler ensemble ?

Je me refuse à rejeter une partie de la population parce qu’elle ne me ressemble pas, je refuse à rejeter une partie de la population parce que j’ai souffert et pas eux, bien que ça soit faux hein… Des hommes violés et aggressés ça existe aussi… Mais comme on en parle moins et que les chiffres sont moindres, eux aussi se retrouvent, par la force des choses, totalement exclus, car on veut virer les hommes de ce combat ? Où vont-ils aller, eux ? Qui va les aider ? Il va donc falloir monter encore une autre « faction » juste pour qu’ils puissent avoir une place eux aussi ? Mais dans ce cas jamais rien ne s’arrêtera… Et tout ne sera que guerre et chaos !

Je pourrais m’étendre encore plus sur le sujet, mais j’ai peur que ça parte dans tous les sens.

Et ça serait peut-être le sujet d’autres articles qui viendraient se recouper plutôt que de tenter et faire du hors sujet.

Ce qu’il faut qu’on prône avant tout, c’est la bienveillance, la positivité et l’entraide. C’est loin d’être toujours facile, mais c’est en montrant l’exemple qu’on pourra donner une ligne de conduite saine aux générations à venir.

Bonne soirée tout le monde et n’hésitez pas à engager la discussion si vous le souhaitez, mais de manière ouverte s’il vous plaît. Ne vous sentez pas accusés de quoi que ce soit, ce n’est pas le but de cet article. Et prenez en considération que ce sont mes propres interrogations, analyses et que je ne mets pas UNE vérité en avant il y en a forcément des dizaines d’autres possibles qui écartent comme celle-ci toutes formes de violences verbales et/ou physique 🙏.

3 commentaires sur “Féminisme

  1. Qu’est-ce que ça fait du bien lire ce genre de truc concernant le féministe. C’est carrément bien différent de ce qu’on peut trouver sur Twitter. En fait, pas mal de personnes ne réfléchissent pas… parfois, elles sont influencée par les autres (parfois, par peur qu’on interprète mal la pensée).

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ça me fait plaisir 🙏
      J’ai tellement hésité avant de le poster. Tellement peur que tout ça soit mal prit et interprété… Difficile d’avoir un discours différent ces temps-ci alors merci beaucoup à toi d’avoir prit le temps de lire 🙏

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s